vendredi 15 juillet 2016

Densité

Depuis que j’ai réorganisé ma pratique il y a quelques mois, j’ai augmenté de façon importance mon temps passé à pratiquer Aunkai et le Yoga et pu explorer un certain nombre d’idées que j’ai en tête depuis le stage de mars avec Filip.

L’un des premiers résultats intéressants de ces derniers mois est un changement de « densité ». Je mets le terme entre guillemets car je doute que la densité réelle de mon corps ait changé, en revanche la sensation au contact est différente, plus lourde, pour un gabarit identique. Cette sensation m’a d’ailleurs été confirmée par plusieurs depuis.

Je ne saurais honnêtement pas très bien comment expliquer concrètement ce changement et je vais donc lancer quelques idées en vrac, pas forcément pertinentes pour autant.


Le travail du sternum

Le Kyokutsu (kanji, sternum) tient une place importance dans l’alignement du corps. Il est directement relié au menton (quand on ramène le menton vers l’arrière, le sternum a tendance à pointer en diagonale vers le haut, encourageant le bas du dos à se cambrer), mais aussi aux coudes.

Plusieurs exercices d’Aunkai (si ce n’est tous) utilisent le travail du sternum, mais Tenchijin est peut être celui dans lequel ce travail est le plus clair, puisqu’il permet d’approcher son ouverture et sa fermeture dans l’axe horizontal ET dans l’axe vertical. Ce travail d’ouverture/fermeture est particulièrement riche à mon avis parce qu’il permet de transmettre son poids à son partenaire au contact.

Encore une fois, TCJ n’est pas le seul exercice à permettre d’approcher ce travail : Maho et Shiko pour ne citer qu’eux n’ignorent clairement pas cette partie du corps. Les armes encore une fois permettent ce travail avec une certaine contrainte de poids, permettant de sentir comment la force rentre et sort selon la position du sternum. Tsuki avec un bo en est un bon exemple mais c’est également le cas des suburi avec bokken/furibo.


Une sensation différente dans le haut du corps

Depuis quelques jours, je ressens en plus du reste une sensation différente dans le haut du corps et en particulier dans la poitrine. Comme si celle-ci était plus lourde, plus compacte. Ça n’est ni désagréable ni le contraire, c’est simplement une sensation de poids. C’est intéressant parce que sentir ce poids me permet plus facilement de le transmettre.

Comme toujours en Aunkai, il est difficile de savoir si on est dans la bonne direction, mais les changements récents sont en tout cas intéressants et lors de mon passage à Tokyo en juin Akuzawa sensei a semblé heureux de mon évolution, j’en déduis que même si la direction n’est pas parfaite, je ne suis pas complètement hors-sujet. Reste donc à creuser pour voir ou cette route mène.
 

lundi 11 juillet 2016

Cours de Self Défense chez SWIFT

Il m’a récemment été proposé d’animer des cours de self-défense pour mes collègues. Deux cours dans un premier temps, un dans chaque bureau pour toucher le plus grande nombre de personnes.

La Self Défense n’est plus depuis plusieurs années au centre de mes préoccupations, mais je trouve toujours intéressant d’y revenir ponctuellement. Replacer ma pratique dans un cadre différent, moderne, avec tout ce que la notion de défense personnelle implique hors de l’approche technique.

J’ai les deux fois commencé par une approche théorique de la self défense, et en particulier le triangle du crime et les codes couleurs de Cooper. Le triangle du crime met en avant la nécessité de trois éléments pour qu’une agression arrive : une victime, un agresseur, une opportunité. Enlevez l’un d’entre eux et l’agression n’arrivera pas. En conséquence si on ne peut éviter la présence d’un agresseur, on peut éviter de se retrouver au milieu de Central Park à 2h du matin quand on est une jeune fille seule, de même que l’on peut éviter d’être perçu comme une victime par sa posture et son état d’alerte. Les états d’alerte étaient l’autre élément théorique de ce cours, essentiel à Hong Kong à mon avis dans une ville tellement sure que 99% de ses habitants ont les yeux rivés sur leur téléphone et pourraient se faire poignarder 50 fois sans s’en apercevoir.




Passée la partie théorique et comment éviter une confrontation en n’en créant pas les conditions, nous sommes passés à l’étape suivante : se désengager d’une confrontation. Calmer la situation si c’est possible, prendre une posture apaisante (et qui mettra les témoins de son côté le cas échéant) mais capable de servir de garde, parler poliment, voire encore amener les témoins discrets de l’évènement à intervenir. Distance, Te Hodoki et attitude étaient les principaux éléments de cette partie.

Est enfin arrivée la partie « technique » à proprement parler, quand tout le reste a malheureusement échoué. Nous avons travaillé des techniques relativement simples, à bases de saisies de poignet, de revers, ou d’étranglements mais le groupe a aussi proposé quelques attaques que nous avons pu utiliser comme base de travail. Les défenses étaient simples et les mêmes idées étaient reproduites sur chaque attaque pour permettre de créer un certain niveau d’automatisme. Tout cela dans la bonne humeur.

Si cette initiation n’a pas vocation à être plus que ça (apprendre à se défendre ne se fait pas en 1h30), j’espère avoir pu faire passer quelques messages lors de ces deux cours. A défaut, on aura au moins passé un excellent moment.






samedi 9 juillet 2016

Aunkai à Taiwan avec Fred

Dernière étape de mes rencontres martiales avec mes camarades d'Aunkai dans la région, j'ai retrouvé celui avec qui tout a commencé: Fred. Notre dernier entrainement ensemble commençait à franchement dater (janvier 2014 en fait) et même si Fred a mis un trait sur sa pratique martiale depuis un an et demi, je me suis évidemment empressé de lui forcer la main pour avoir ses retours.


Le cadre exceptionnel du village Taiwanais où réside Fred nous a permis de nous entrainer en plein air, en pleine montagne avec vue sur la plage, tout en se faisant un petit barbecue. Honnêtement pas le pire cadre pour se retrouver. Nous avons passé un peu de temps sur les solo tanren, l'occasion de montrer à Fred les dernières évolutions, avant de passer aux exercices à deux: push out, Tsuki, walking maho, Age Te, Sage Te, etc. Malgré un bon moment sans pratiquer, les qualités structurelles de Fred n'ont quasiment pas bougé et il reste capable de mettre beaucoup de poids dans ses mains et donc de me compliquer un peu la vie.

Avoir les retours de Fred sur ma progression (ou son absence) est toujours intéressant. Je l'ai déjà dit mais Fred fait partie des gens, avec Romain maintenant, qui connaissent le mieux ma pratique et son évolution, m'ayant connu à une époque où j'étais un bourrin fini. Ses commentaires ont confirmé l'impression que j'avais en particulier depuis quelques mois: j'ai gagné en densité, en lourdeur et en économie de mouvement. C'est effectivement ce qu'il me semblait mais avoir un retour franc de quelqu'un qui a des points de comparaison est je pense nécessaire.

Ce week-end fut aussi l'occasion de jouer un peu avec des mortiers à riz. Des petits outils sympas de 3-4 kgs, épais, et qui ne pardonnent pas les erreurs d'alignement lors d'un travail de suburi. Vraiment sympa à utiliser et il va donc falloir que je parte en quête d'un engin comme ça dans les nouveaux territoires hongkongais.

Au-delà de la pratique, ce week-end fut surtout l'occasion de retrouver Fred, de refaire le monde autour d'une (ou plusieurs) Taiwan Beer, d'avoir des discussions interminables sur les arts martiaux. Bref de faire exactement ce que nous avons toujours fait.