vendredi 20 mai 2016

Stage au Vietnam


Profitant d’un passage au Vietnam pour raisons professionnelles, j’ai eu l’opportunité de visiter le groupe Aiki Jujitsu Vietnam d’Ho Chi Minh Ville. Ce groupe, dans la lignée de Minoru Mochizuki sensei, avait en effet contacté la FMNITAI il y a quelques mois pour voir comment nous pourrions travailler ensemble.

Mon cours s’est concentré sur ce qui nous rassemble, i.e. l’enseignement de Mochizuki sensei, et en particulier mes deux sujets favoris : les sutemis et le « fil rouge » qui relie toutes les techniques entre elles en termes d’utilisation du corps. Un excellent moment avec des pratiquants sympathiques et passionnés
 


lundi 16 mai 2016

Aunkai à Singapour

Le stage d’Aunkai du mois de mars à Hong Kong avait été l’occasion de rencontrer Terry et Sherman, deux pratiquants d’Aikido de Singapour. Ayant l’occasion de me rendre à Singapour pour raisons professionnelles, nous en avons donc profité pour organiser un petit stage d’Aunkai sur place.

Au final une cinquantaine de personnes du groupe Aikido Shinjukai, dont une quarantaine d’instructeurs et assistants, sont venus découvrir Aunkai pendant ces deux heures. Un succès qu’aucun d’entre nous n’avait imaginé.

Le cours se limitant à 2h (bien suffisant avec autant de monde sans climatisation quand on connait le climat singapourien), il était difficile de tout couvrir et il a donc fallu faire des choix. En l’occurrence j’ai choisi de présenter les trois tanren de base (Maho, Shiko, TCJ) qui permettent la construction de la structure en corps, des exercices de base avec partenaire (notamment push out, walking maho, sage te, age te) et quelques applications en lien avec l’Aikido pour permettre aux pratiquants de voir ce que ce travail peut apporter à leur pratique quotidienne.

J’aime pratiquer avec tout le monde dans mes cours, et je dois avouer qu’avec un public aussi nombreux ce fut difficile. Je crois en revanche avoir réussi a toucher tout le monde plus d’une fois, même si ça n’était pas forcement sur tous les exercices et Terry et Sherman m’ont aidé à corriger les élèves sur certains mouvements.

J’ai particulièrement apprécié l’accueil. Le groupe Aikido Shinjukai existe depuis 1988 et d’après ce que j’ai compris je suis le premier intervenant non Aikido à y donner un cours. Une superbe opportunité de pratiquer avec un groupe qui a plus d’une cinquantaine de dojos dans la région.  Philip Lee, 6e dan Shihan, m’a très aimablement accueilli et présenté a ses élèves et a participé au cours, redevenant simple élève l’espace de quelques heures et est même venu me voir quelques fois pour sentir les mouvements. Une humilité qu’on ne retrouve pas partout et qu’il me semble important de noter.

L’attitude du groupe est peut-être ce qui m’a finalement le plus surpris. Non-seulement ils ont accepté assez facilement le travail qui leur était proposé même s’il était très différent de leur travail habituel, mais c’était aussi la première fois que lorsque je montrais quelque chose à quelqu’un je me retournais et voyais toute la salle en seiza en train de regarder. Pas pratique quand on veut glisser une information a une personne seulement mais assez représentatif du coté studieux du groupe.

Pour mon premier stage « officiel » d’Aunkai, je suis particulièrement heureux du résultat. La pratique proposée a manifestement intéressé plus d’une personne, et les organisateurs semblaient ravis de cette première expérience, peut-être la première d’une longue série !

vendredi 6 mai 2016

Manabu à Hong Kong

Alors que Manabu devait se rendre en Nouvelle Zélande, des problèmes indépendants de sa volonté l'ont fait s'arrêter 48h à Hong Kong. Une chance pour moi et les quelques rares motivés qui pratiquent Aunkai à Hong Kong puisqu'il a gentiment accepté de prendre mes deux cours en main et de nous faire pratiquer quelques exercices de la méthode. Ca a aussi été l'occasion de pratiquer un peu en privé à la maison, même si malheureusement nous n'avons pas eu autant de temps que nous aurions pu le souhaiter.

C'est en tout cas toujours un plaisir de voir Manabu et de pratiquer sous sa direction, et ce même si c'est toujours l'occasion de se demander si on a vraiment travaillé entre temps...


mardi 3 mai 2016

Le trop plein de Yang

Ivan Bel écrivait en 2010 sur le blog du Fudoshinkan : « Tout le travail d’Akuzawa sensei est typiquement Yang. Il travaille le plein, tellement plein qu’il déborde de toute part et que parfois on peut le sentir frustre de ne pouvoir donner sa pleine mesure, même sur son deshi qui subit déjà beaucoup de la part de son maitre ».

Si le travail de sensei a changé depuis et est devenu parfois très léger, ce travail reste au cœur de la méthode et c’est quelque chose qui m’intriguait depuis longtemps. Je pratique Aunkai depuis maintenant 6 ans, c’est à la fois beaucoup et très peu parce qu’il m’a d’abord fallu nettoyer toutes mes mauvaises habitudes, ce qui a pris 2-3 ans, puis reconstruire le « frame » de mon corps. Il y a deux ans, sensei m’avait dit qu’il était maintenant temps de commencer à bouger de l’intérieur et comme à chaque fois qu’il me dit quelque chose, ses mots ont eu deux ans d’avance sur mes capacités.

Depuis mars, j’ai modifié ma pratique pour tester de nouvelles idées, notamment l’utilisation des fascia et la création d’une tension dans le corps pour accumuler la force et la relâcher à la manière d’un élastique. Ce sont des idées que je pensais déjà avoir depuis plusieurs années, mais je m’aperçois maintenant qu’elles n’étaient pas présentes dans mon travail tant la sensation actuelle est différente de ce que je faisais encore il y a quelques semaines.



Mon travail actuel consiste d’une certaine façon à bander le corps comme un arc, à la différence qu’un arc ou un élastique ne fonctionnent qu’avec une seule direction (je tire vers l’arrière, l’élastique part vers l’avant quand je le relâche). Le corps humain est infiniment plus complexe et il existe au minimum 6 directions (avant-arrière, droite-gauche, haut-bas) à mettre sous tension simultanément pour pouvoir libérer la force dans n’importe quelle direction à n’importe quel moment. Si sur le papier cela semble relativement aise, je me rends compte maintenant qu’il faut déjà un certain travail sur le corps pour réussir à générer cette tension, a fortiori dans plusieurs directions.

Mais revenons au point de départ de cet article : l’aspect Yang de l’Aunkai. Jusqu’ici c’est quelque chose que je ressentais relativement peu dans ma pratique. Elle était Yang parce que je suis Yang moi-même mais je n’avais jamais ressenti cette sensation de trop plein, et c’est ce qui a changé ces dernières semaines. La création de ces tensions opposées semble créer quelque chose de nouveau chez moi, que j’aurais beaucoup de mal à expliquer : une sorte de boule derrière le sternum qui semble être le point central de ces tensions, une boule elle-même tiraillée par ces tensions et qui ne demande qu’à exploser. En plus de l’accumulation de tension, j’y ressens une sorte de chaleur qui irradie le reste du corps et qui ne redescend que quelques heures plus tard. Avec une conséquence, si je le fais trop et trop tard le soir, impossible de fermer l’œil. En pratique, ces tensions semblent m’amener plus de fluidité, puisque chaque mouvement crée une nouvelle tension dans le corps qui entrainera le prochain : l’énergie est perpétuellement recyclée, réutilisée. Plus fluide, plus explosif et manifestement plus surprenant puisque j’ai vu pour la première fois une lueur de terreur dans les yeux de mes élèves en leur montrant… apparemment ils ont l’impression d’avoir un tigre en face d’eux. On essaiera avec un vrai tigre la prochaine fois pour voir si la comparaison était valable.

Est-ce la bonne direction ? Comme toujours en Aunkai, je n’en sais rien. Mais je crois que cette direction mérite au moins d’être approfondie, tout en essayant de rééquilibrer avec une pratique et un mode de vie plus Yin à côté.