dimanche 9 août 2015

Séminaire d'Aunkai avec Manabu Watanabe

Après avoir invité Akuzawa sensei une première fois à Hong Kong en mars 2014, j'avais très envie de réorganiser un stage d'Aunkai ici. En effet, si je continue à aller régulièrement à Tokyo, ce n'est pas le cas de mes élèves et je pense qu'il est nécessaire qu'ils sentent un niveau bien plus élevé que le mien. J'avais aussi espoir que mes camarades Aikidoka pourraient être intéressés, ce qui me donnerait d'une part plus de partenaires d'entrainement et d'autre part pourrait ajouter quelque chose à notre pratique de l'Aikido.

La période estivale n'étant manifestement pas la préférée de sensei, j'ai cette fois eu l'honneur de recevoir Manabu pour deux jours d'Aunkai et un jour de Shiatsu. J'étais particulièrement enthousiaste parce que Manabu, non content d'être un excellent pratiquant, est également quelqu'un d'absolument charmant, aimable et généreux, et que c'est donc toujours un plaisir d'avoir quelqu'un comme ça chez soi.

Il n'a pas fallu 10 minutes après son arrivée pour que nous commencions à pratiquer dans mon salon. Lorsque j'avais vu Manabu en février, il m'avait dit que sensei le faisait repartir plus ou moins à zéro avec de nouvelles consignes. Je ne sais pas ce qu'elles étaient, en revanche je sais que la sensation qu'il m'a donnée en push out n'était pas la même qu'avant. Impression qui s'est confirmée tout le long du week-end. Si j'ai toujours connu Manabu avec une très bonne structure, le poids qu'il transmet aujourd'hui et la façon dont il génère la force ont bel et bien changé et se rapprochent à mon avis plus de ce que fait sensei. De mon côté j'ai par contre pu remarquer que si je peux repousser tout le monde assez facilement ici, c'est tout de suite beaucoup moins le cas face à Manabu...

 Le séminaire lui-même a couvert les bases. En environ 7h de pratique avec de nombreuses personnes qui découvraient l'école pour la première fois, il est difficile de rentrer dans le détail et nous n'avons d'ailleurs pas pu aborder juji-ko, shintaijuku ou les applications. Mais revoir les bases est toujours très positif et entre les entrainements à la maison et au dojo, Manabu m'a fait comprendre plus d'une chose pendant ces quelques jours. Quant à mes camarades, ils sont repartis charmés.

Le plus compliqué reste maintenant à venir, puisque sans instructeur à Hong Kong réunir les pratiquants est toujours un peu difficile. Le groupe d'études continuera de toute façon avec mes élèves et il est possible qu'il s'étende au dojo d'Aikido dans les semaines à venir.

En parallèle, nous allons maintenant essayer de faire venir quelqu'un de Tokyo tous les 6 mois, que ça soit Akuzawa sensei, Manabu, ou n'importe qui d'autre intéressé par l'idée de venir.