jeudi 20 novembre 2014

Cours impromptu



Nous étions 4 au dojo d’Aikido hier, deux des fondateurs, leur fils (qui est arrivé la deuxième heure) et moi-même. Avant de commencer, ils m’ont dit que nous serions peu nombreux et que nous allions diviser le cours en trois parties de 35 minutes, une chacun. J’aime l’approche qui consiste à se partager le cours, parce qu’il correspond à l’esprit d’un groupe qui apprend les uns des autres. En revanche je ne considère pas avoir quoi que ce soit à montrer d’un point de vue Aikido. Parce que ce que je fais ne respecte pas forcément les critères du courant. Parce que mon niveau en Aikido est faible, tout simplement.

N’ayant pas grand-chose à leur montrer d’un point de vue Aikido, et ne souhaitant pas montrer du Nihon Tai Jitsu puisque ce n’est pas le sujet du dojo, j’ai axé ma partie sur des exercices plus typés kunren d’Aunkai sur la génération et la réception de force. Des choses comme push out, walking maho, sage-te our encore des exercices au jo. Je crois que cette approche les a vraiment intéressés et qu’ils ont très bien vu les liens entre ce travail sur les principes et leur pratique de l’Aikido. J’ai même eu droit à un « on dirait ce que faisait O’Sensei » (toutes proportions gardées bien entendu, on parle de l’idée).

Maintenant il n’y a plus qu’à les faire venir a un stage avec Akuzawa sensei !

mardi 11 novembre 2014

Aikido Juntenkai



Le site du nouveau dojo Juntenkai vient d’ouvrir ses portes. Il n’est pas encore complet mais une information intéressante est déjà présente : le dojo est soutenu par Endo sensei, qui lui a également donné son nom, et en a fait une calligraphie que l’on peut voir sur la page d’accueil. Pourquoi l’information est-elle intéressante ? Parce qu’Endo sensei est l’enseignant de notre ancien professeur et semble prêt à apporter tout son soutien à des parias qui, je cite, « ne respectent pas l’Aikido ».

Peu d’informations sont disponibles sur le nouveau dojo a l’heure actuelle, et je ne sais moi-même pas grand-chose de plus que ce qui est sur le site. Ce que je sais en revanche, c’est que ses fondateurs sont des gens passionnés et d’une extrême gentillesse et que je vais certainement y retrouver régulièrement de nombreuses personnes avec qui j’ai plaisir à pratiquer.

L’un des fondateurs nous disait il y a quelques mois, alors que nous ne connaissions pas leurs plans, qu’il attendait avec impatience le jour où nous pourrions nous entrainer à nouveau tous ensemble, sous un seul toit, un seul Dojo, dans la joie. C’est chose faite aujourd’hui, merci à eux et longue vie au dojo Juntenkai !

samedi 8 novembre 2014

Expulsion

J'ai été expulsé vendredi du dojo Doyukai de Hong Kong, pour des raisons surprenantes mais je trouve assez intéressantes.

Depuis un peu plus d'un an quelques gradés ont été expulsés pour des raisons personnelles qui ne me regardent pas. D'autres ont décidé de partir. Le tout laissant un grand vide dans le dojo puisque tous étaient des pratiquants avancés et, pour beaucoup d'entre nous, des amis.

Une semaine plus tôt, trois d'entre eux nous ont annoncé ouvrir un dojo ensemble et ont invité leurs amis à la cérémonie d'ouverture. Nouvelle qui m'a particulièrement enthousiasmé parce que pratiquer avec ces personnes ou boire une bière avec eux après la pratique est quelque chose qui me manquait. Etant moi-même enseignant d'une discipline cousine et connaissant la difficulté d'ouvrir un dojo à Hong Kong (et a fortiori d'un dojo privé), j'ai bien évidemment confirmé immédiatement ma participation.

Chose inattendue, nous avons reçu le lendemain un email de notre enseignant nous demandant de le prévenir de toute visite d'un autre dojo à Hong Kong ou ailleurs. Le timing laisse songeur. Un gradé, un peu naïf sur ce coup, lui a donc envoyé un message pour le prévenir. La réponse ne se fit pas attendre et fut envoyée à tous les membres: ceux qui iront à l'ouverture de ce dojo seront expulsés.

Je n'ai pas reçu cet email. Du moins pas immédiatement, il ne me l'a forwardé que 24h plus tard. J'ai répondu que j'irai et j'ai donné mes raisons. J'y allais en tant qu'enseignant de mon propre dojo et "descendant" de la lignée Yoseikan de l'Aikido. J'ai eu la chance de visiter des dizaines de dojos à travers le monde, et j'ai toujours fait de mon mieux pour promouvoir le Budo/Bujutsu et aider mes amis à continuer dans cette voie. La politique dans les arts martiaux ne m'intéresse pas, mon seul intérêt est de pratiquer, progresser et passer de bons moments avec mes amis. Je n'ai pas les détails de ce qui s'est passé entre eux, et je ne crois pas que ça me concerne. Je crois en revanche que l'Aikido ne sort pas grandi de ce genre d'histoires.

Bref, après avoir lu mon email, il a confirmé qu'il comprenait mon point de vue et ma présence en tant qu'enseignant de Nihon Tai Jitsu et non comme son élève et qu'effectivement cela ne le concernait pas. Mais brusque retournement de situation en cours de soirée: comment accepter de me garder tout en expulsant les autres? Dilemme cornélien qui s'est finalement réglé en me disant que je ne pouvais malheureusement plus venir. Une décision qui a semblé difficile à prendre vu le ton de l'email, mais que je respecte et accepte.

Après presque 4 ans et un 6e kyu durement acquis, il est donc temps de passer autre chose. Ca tombe bien, un nouveau dojo a ouvert hier.




mercredi 5 novembre 2014

Anti-gravity yoga



Je pratique le yoga depuis maintenant quelques années en complément de ma pratique martiale. Principalement du Hatha et parfois du Ashtanga.
Parmi les nombreux styles existants, j’avais entendu parler de « yoga anti-gravité » utilisant un hamac pour effectuer les postures et permettre de travailler les muscles profonds et d’augmenter l’intensité des étirements. Sans être forcement ce que je recherche, j’étais curieux de découvrir cette pratique.

Ce fut chose faite la semaine dernière. L’utilisation du hamac s’est avérée particulièrement ingénieuse. Parfois augmentant l’intensité des étirements de façon exponentielle, parfois permettant une beaucoup plus grande amplitude de mouvements, parfois tout simplement en nous mettant des positions improbables efficaces tant physiquement que mentalement par le risque qui s’en suit.

Deux choses m’ont frappé. L’ambiance d’une part, très décontractée avec des gens qui rient et la musique de la salle de MMA ou se déroulent les cours, assez éloignée de ce que j’ai pu connaitre ailleurs. L’approche ensuite qui met de côté les alignements pour se concentrer plus sur le mouvement, l’amplitude et l’utilisation de la gravité. C’est là aussi assez éloigné de ma pratique habituelle et ça a donc ouvert la porte à de nouvelles sensations.

Une expérience assez intéressante au final que je vous recommande si vous en avez l’opportunité.