mardi 30 septembre 2014

Manifestations a Hong Kong

Si la ligne éditoriale de ce blog est clairement les arts martiaux, il me semble important d’écrire quelques mots sur la situation qui touche Hong Kong depuis quelques jours, ne serait-ce que parce que j’ai reçu quelques messages d’amis inquiets et que la couverture par la presse française est particulièrement faible par rapport à ce que l’on peut voir sur CNN ou la BBC. On dira aussi pour revenir dans la ligne éditoriale que c’est un moyen de faire découvrir certains aspects de l’Asie à mes lecteurs.

Tout d’abord, pour rassurer tout le monde, je ne suis pas en danger et personne ne l’est. Les manifestations à Hong Kong sont pacifiques et si la police a abusé des gaz lacrymogènes dimanche soir, les manifestations d’hier se sont déroulées dans le calme. Si Pékin décide de nous envoyer l’armée et de reproduire les évènements de Tiananmen, la situation sera sans doute différente mais il est très peu probable qu’ils prennent ce risque.

Quelles sont les raisons de cette manifestation ? 

Les différends entre Hong Kong et la Chine sont nombreux et les tensions montent régulièrement : trop de touristes venus du mainland notamment pour acheter du lait pour bébé, des produits de luxe, mais aussi pour accoucher et ainsi permettre à ses enfants d’être scolarisés à Hong Kong, ou encore acheter des appartements. Bien que d’apparence minime, les conséquences sont importantes pour un territoire aussi petit que Hong Kong : fortes augmentations des prix (dont celui des logements qui deviennent inaccessibles), manque de place dans les hôpitaux et les écoles. A cela s’ajoute un mépris des habitants et des lieux par des individus qui font leurs besoins en public. Plusieurs autres éléments ont contribué à aviver les tensions depuis quelques années et la coupe commence à être pleine.

Mais la raison de cette manifestation est le suffrage universel, promis aux hongkongais de longue date et qui devait arriver en 2017 pour élire le Chief Executive de la région. Suffrage universel accepté par Pékin à la condition de choisir les candidats. Normal.

Des manifestations dans le calme

Les français, grands adeptes des manifestations devant l’Eternel, auraient certainement beaucoup à apprendre des manifestants hongkongais. Pas seulement parce que leurs revendications sont particulièrement légitimes, mais parce que le déroulement de cette manifestation est tout simplement incroyable.
Si aucun chiffre n’est disponible, il suffit de voir les images pour s’apercevoir que les quartiers de Central, Admiralty, Wanchai, Causeway Bay et Mongkok sont envahis par la foule. Pourtant la foule reste calme et respectueuse des lois. Pas de casse, pas de problème majeur. Mieux, les manifestants nettoient après leur passage ! C’est une attitude particulièrement responsable, à la hauteur de l’enjeu et qui fait que Hong Kong sort profondément grandi de cet évènement.

Comment s’arrange la vie autour de ces manifestations ?

De nombreuses artères sont bloquées et 76 lignes de bus ont été suspendues (la qualité de l’air ne s’en porte que mieux). Le MTR est donc le mode de transport privilégié, et ça se sent avec des stations remplies à ras bord dans lesquelles on marche au pas. Pour vous donner une idée, il m’a fallu 10 minutes pour sortir de la station hier matin (il y a juste deux étages à monter). Le staff encadre les voyageurs pour éviter les accidents et tout le monde avance dans le calme. Pas de souci de ce côté-là. Certaines entreprises encouragent également leurs employés à travailler de chez eux, ce qui réduit d’autant la foule.

De façon générale, on ressent un certain enthousiasme autour de ces manifestations. J’ai pour la première fois l’impression de voir un Hong Kong uni, prêt à se battre pour conserver ses droits et son exception culturelle. Il est plus que probable que le bras de fer ne tourne pas en la faveur de la RAS mais ces évènements en soi sont déjà une victoire.

mercredi 3 septembre 2014

Repos forcé


A l’heure où la plupart des pratiquants français se préparent à démarrer une nouvelle saison, j’ai décidé (ou plutôt mon corps a décidé) qu’il était temps de faire un petit break. L’Aikido a malheureusement eu raison de mes genoux et la position seiza est devenue intenable ces dernières semaines. Etrangement la douleur est différente de la dernière fois, et il me semble que cette fois c’est plutôt la zone arrière de mon genou droit qui est légèrement gonflée, et donc je suppose enflammée. Probablement rien de grave, mais parfois il faut savoir faire une pause.

C’est pourtant une pause partielle que je m’impose. Deux semaines sans Aïkido mais je continue à enseigner le NTJ (en saluant debout) et à pratiquer les tanren. J’ai mis de côté le yoga la première semaine pour ne pas prendre le risque d’étirer une zone enflammée.

Faire une pause m’est toujours difficile. La pratique est une partie intégrante de mes journées et il n’est normalement pas un jour qui se passe sans. A contrario, c’est un sentiment de culpabilité qui s’est installé des que j’ai commencé à mettre mon corps au repos. Je suis pourtant convaincu que c’était la meilleure chose à faire sur le long terme, la pratique doit aider à se construire, pas à se détruire et il faut parfois savoir écouter son corps quand il arrive à un point de saturation.