samedi 31 mai 2014

Vider sa tasse ou en prendre une autre?

Hier lors d'une soirée avec mes copains de l'Aikido, l'un d'entre eux m'a demandé si ça n'était pas difficile de repartir à zéro en ayant déjà une expérience ailleurs. Ma réponse a été que je sépare ma pratique de l'Aikido du reste, parce que c'est le seul moyen de comprendre véritablement ce qui m'est proposé, alors que si je cherchais à utiliser mes connaissances extérieures, je me retrouverais probablement à faire du NTJ avec des formes d'Aikido. Le résultat ne serait pas forcément grandiose.

C'est pourtant ce que j'ai fait pendant de nombreuses années, en particulier en Hankido. Voir l'évolution de Romain dans cette école m'intéresse d'autant plus à ce niveau, qu'elle me fait remarquer à quel point j'étais tout simplement passé à côté.

Vider sa tasse?

On parle souvent dans la pratique martiale de vider sa tasse. Oublier ses expériences passées, et remplir la tasse de nouvelles expériences. Dans mon cas, je crois qu'il s'agit plus de prendre une nouvelle tasse. Je ne mixe pas le contenu, mais je ne renonce pas non plus au contenu de la précédente tasse. Je ne m'en sers juste pas en même temps.

J'essaie en général quand je découvre une nouvelle discipline ou une nouvelle manière de faire, de redevenir un débutant. Pas juste en écoutant avec humilité, mais en prenant cette nouvelle expérience comme quelque chose de complètement nouveau, comme si j'apprenais pour la première fois à faire du ski. Ça veut dire aussi faire des erreurs de débutant en se forçant à ne pas utiliser ses connaissances extérieures. Plus d'une fois lors de mes entrainements, je pourrais m'en sortir en faisant les choses à ma façon. Mon ego s'en contenterait certainement, mais à terme je passerai certainement à côté de ce qu'on a voulu m'enseigner, une fois de plus.

La contrepartie est qu'il m'est relativement facile d'avoir l'air d'un manchot sur un tatami d'Aikido. Probablement moins aujourd'hui dans mon dojo de Hong Kong, puisqu'après un peu plus de trois ans je connais la façon de travailler. Certainement plus lorsque je m'entraine en France, puisque j'y vois des en général des approches totalement différentes, qui me parlent et que j'essaie donc d'appréhender en partant du début.

Des pratiques qui s'éclairent mutuellement

Les pratiques s'éclairent mutuellement. Insister sur un point quelque part peut aider à comprendre ce que l'on fait ailleurs, et tant mieux. Autant que possible j'essaie de garder mes pratiques autres que NTJ "hermétiques" dans le sens où je limite les influences qu'elles reçoivent de l'extérieur. Ca n'est cela dit pas totalement le cas puisque l'approche de la structure d'Aunkai reste malgré tout  présente dans ma pratique de l'Aikido. En revanche ma pratique principale est le fruit de ces éclairages mutuels. Eclairages qui ne se produiraient peut être pas si j'essayais de tout mélanger dès le départ.







dimanche 25 mai 2014

Du temps libre

Fin 2013, j'ai perdu mon emploi. Cela n'a rien de dramatique en soi, de nombreuses personnes sont dans ce cas, et si la nouvelle n'est jamais agréable un changement reste toujours une opportunité. J'avais déjà dit dans mon article sur l'année du Cheval qu'il s'agissait d'une année d'opportunités, et c'est en tout cas ce que j'ai essayé d'en faire.

En parallèle de ma recherche d'emploi, j'ai profité de ce temps libre pour faire les nombreuses choses que je n'arrive jamais à faire faute de temps. Le temps est une denrée rare et je ne voulais pas regretter ces quelques mois libres de toute contrainte professionnelle.

Martialement ce fut l'occasion de m'entrainer plus et plus longtemps. Assister à l'intégralité de mes cours d'Aikido en semaine par exemple (impossible normalement d'arriver avant 19h à un cours qui débute à 18...), mais aussi faire des sessions (quasi) quotidiennes et plus longues de Yoga et d'Aunkai, en plus de mes cours de NTJ. J'ai fait les comptes, et en 2014 j'aurais profité de ce temps libre pour faire:
  • 31 cours de NTJ (il arrive que personne ne vienne, dans ce cas le cours devient une séance d'Aunkai + Yoga)
  • 40 séances d'Aikido
  • 117 séances d'Aunkai
  • 112 séances de Yoga
Un ou plusieurs entrainements quotidiens donc, qui si ils ne m'ont pas forcément permis de passer un cap, m'ont malgré tout permis de sentir des choses et d'améliorer mon corps.

A cela on peut ajouter 4 rencontres avec Akuzawa sensei depuis décembre: deux à Tokyo, une à Hong Kong et une à Séoul. Si je pratique très régulièrement l'Aunkai et que ses principes sont essentiels dans ma pratique, je n'avais jamais eu l'occasion de voir sensei aussi régulièrement. Je reste convaincu que le meilleur moyen d'acquérir ce qu'il a est de le toucher régulièrement et cette période me l'a grandement permis.

Ce fut aussi l'occasion de passer trois semaines en France au moment des fêtes et d'en profiter pour aller donner un stage de NTJ au dojang de mon ami Romain à Nort sur Erdre, ainsi que pour aller voir Fred à Toulouse. Mes passages en France sont relativement rares et surtout toujours trop courts, ce fut une opportunité extraordinaire d'y passer un long moment et de voir un maximum de gens.

Enfin, j'ai débuté un projet en rapport avec les arts martiaux, mais dont il est encore trop tôt pour parler, je l'annoncerai ici lorsqu'il sera plus avancé.

Enfin à titre personnel cela m'a aussi permis d'améliorer nettement mon chinois, dont le niveau était vraiment pathétique. Si le résultat n'est toujours pas grandiose j'ai au moins acquis quelques automatismes et beaucoup de vocabulaire durant cette période, ce qui prouve que le travail quotidien paie, quel que soit le sujet dont on parle.

Cette aventure se termine aujourd'hui. Après plusieurs mois à m'occuper de moi, je reprendrai le chemin du bureau demain matin. C'est une nouvelle étape qui commence et il va me falloir me réorganiser dans les jours qui viennent. Je suis en tout cas heureux d'avoir eu cette opportunité et d'avoir pu enfin prendre un peu mon temps.



mercredi 21 mai 2014

CR Stage Aunkai en Corée



Akuzawa sensei se rend régulièrement à Séoul avec Rob pour dispenser son enseignement et le groupe coréen est relativement nombreux et contient de nombreux réguliers, d'horizons divers (beaucoup de Systema et de Daido Juku pour ce que j'ai vu, mais également des arts philippins, du Judo, du BJJ, etc.). Profitant du temps actuellement à ma disposition je me suis rendu à Séoul pour participer à ce séminaire, et ainsi voir sensei pour la 4e fois depuis décembre.

En termes de contenu, je n'ai pas grand chose de nouveau à apporter par rapport aux rencontres précédentes, mais la grosse valeur ajoutée pour moi cette fois a été la présence de Rob. Il est jusqu'à présent l'élève de sensei le plus avancé que j'ai eu l'occasion de rencontrer. Par sa compréhension des principes et de ce que fait Akuzawa sensei d'une part, mais aussi par sa capacité à reproduire ce travail, tout du moins dans une certaine mesure. Rob a aussi développé des exercices de préparation qui permettent de mieux comprendre les muscles à utiliser et comment, et c'est définitivement une aide précieuse.

Je ne tiens pas à rentrer dans le détail des points abordés par sensei et Rob, qui n'apporterait pas forcément grand chose par écrit mais voici en vrac quelques points qui m'ont semblé important:
- pas de tension au point de contact
- rééquilibrer les muscles qui sont engagés dans le mouvement: charger l'avant et relâcher l'arrière, libérer la tension des quadriceps et renforcer les adducteurs et le biceps crural par exemple

Nous avons passé énormément de temps sur les applications, notamment au sol (un genou au sol). Exercices que nous avions déjà abordés à Hong Kong et qui je l'avoue me posent quelques problèmes...

L'accueil de Jaemin et de l'ensemble des élèves a été excellent et j'ai vraiment passé un bon moment à échanger avec l'ensemble du groupe.