jeudi 27 mars 2014

Tanbo Jutsu

Suite à une petite blessure au bas du dos la semaine dernière, j'ai choisi de modifier le contenu de mes cours pour proposer quelque chose de moins contraignant. En l'occurrence du Tanbo Jutsu (bâton court). 

Le travail des armes

Le travail des armes ne fait pas partie du programme du Nihon Tai Jitsu qui se consacre uniquement à la partie à mains nues. En revanche dans les écoles traditionnelles, la partie Tai Jutsu était indissociable de la partie armée, et représentait une part relativement faible de l'école par rapport au travail des armes. Les armes à la disposition des samurais étaient particulièrement nombreuses. On doit pouvoir en décompter une quarantaine assez facilement. Il parait dès lors assez délicat d'apprendre des centaines de techniques différentes pour chaque arme, et la même chose à mains nues...

En se concentrant moins sur les armes elles-mêmes que sur l'utilisation du corps et les principes généraux de l'école, on s'aperçoit en revanche assez rapidement que l'arme n'est qu'une extension du corps du pratiquant et que les principes sont au final les mêmes, même si l'aspect visuel de l'application peut différer. En partant de ce constat, je trouvais intéressant de passer deux heures sur une arme et de montrer les liens qui existent avec la pratique à mains nues.

Pourquoi le Tanbo Jutsu et pas le sabre? Plusieurs raisons à cela. Déjà parce que je suis nul au sabre et que je ne m'en cache pas. Ensuite parce qu'il y a des tanbo disponibles au dojo et pas de bokken. Enfin parce que le tanbo est une arme facile à prendre en main, et qui peut facilement être remplacée par un outil de notre vie quotidienne. En l'occurrence un parapluie puisqu'il est rare de sortir sans quand on vit à Hong Kong.

Quelle utilisation?

Le tanbo présente l'énorme avantage d'être une arme très versatile. On peut l'utiliser pour saisir, frapper, effectuer un contrôle ou encore étrangler. C'est aussi une arme qui permet de comprendre très facilement les effets de levier, plus facilement d'ailleurs qu'à mains nues. De même pour les pressions et percussions sur des zones sensibles du corps.

Je n'ai donc pas utilisé le tanbo uniquement en percussion. L'application pourtant la plus immédiate/efficace, tout simplement parce que comprendre les principes fondamentaux me semblait plus important. Nous avons donc passé en revue plusieurs techniques tanbo contre tanbo ou tanbo contre mains nues, incluant des étranglements, des clés et des projections, des désarmements, mais aussi parfois... des techniques n'utilisant pas l'arme. Après tout, ça n'est pas parce que l'on a une arme en main qu'il est interdit d'utiliser le reste.




jeudi 13 mars 2014

Séminaire de Shiatsu avec Manabu Watanabe

Manabu est un pratiquant d'Aunkai très connu des pratiquants français puisqu'il accompagne Akuzawa sensei dans la plupart de ses séminaires. Il est également praticien de Shiatsu et depuis quelques temps donnait des séminaires à Paris, avec l'aide de Manu.

Ayant lu les retours de ses séminaires parisiens, j'étais emballé par l'idée de l'inviter à faire la même chose à Hong Kong, tout en ayant quelques doutes sur le fait de réussir à réunir beaucoup de monde. Au final, ce sera un petit groupe de cinq personnes qui s'initiera au Shiatsu sous la direction de Manabu.

A titre personnel j'ai trouvé ce séminaire particulièrement enrichissant à plus d'un titre. En effet, si le DVD de Serge Rebois donne un excellent modèle à suivre, il insiste moins sur la façon d'effectuer les pressions, la génération de la force et la préparation du corps. Manabu au contraire a particulièrement insisté sur ces points et a montré à maintes reprises les liens qui existent avec le Bujutsu. Certains exercices m'ont d'ailleurs semblé absolument impossibles et il va donc falloir que je me penche dessus plus sérieusement.

En plus des exercices de pressions sur le corps de notre partenaire pour sentir la bonne façon de faire, nous avons aussi effectué des exercices très proches de ceux de l'Aunkai, pour lesquels Manabu a expliqué en quoi les principes mis en place étaient les mêmes.

Les trois heures sont passées à toute vitesse et nous n'avons malheureusement pas pu aller aussi loin que nous l'aurions voulu. Une bonne occasion de refaire un séminaire la prochaine fois!

mardi 11 mars 2014

CR du 1er séminaire d'Aunkai à Hong Kong

J'ai rencontré Akuzawa sensei avec Fred il y a exactement quatre ans. Cette fois, pour la première fois, c'est Akuzawa sensei qui a fait le déplacement pour venir enseigner Aunkai à un petit groupe d'une dizaine de pratiquants, aux horizons variés.

Ce séminaire était important pour moi à plus d'un titre. Déjà parce que cela fait maintenant quatre ans que sensei me demande régulièrement de l'inviter. Ensuite parce que c'est le meilleur moyen de créer un groupe de pratiquants intéressés par l'Aunkai et donc d'avoir des partenaires valables. Enfin parce que cela m'a permis de passer du temps hors dojo avec sensei et Manabu, ce qui est toujours agréable. J'étais aussi curieux de voir comment se déroule un séminaire d'Aunkai, puisque ma pratique se fait normalement en cours privés ou lors du cours régulier de Tokyo.

Je n'ai bien sur pas été déçu et je crois pouvoir affirmer que personne ne l'a été. J'ai même vu un certain nombre de regards abasourdis. En termes de contenu nous sommes passés assez vite sur Shiko et Maho, pour aller assez rapidement sur des exercices à deux, ce qui m'a un peu surpris (mais qui m'arrange plutôt à titre personnel).

Au final j'ai passé un excellent moment, et je crois que sensei et Manabu ont été vraiment contents de leur séjour et des différentes visites. J'espère donc pouvoir les réinviter prochainement.