lundi 10 juin 2013

Courbatures…


Mes élèves démarrent un nouveau cycle, axé sur les chutes et les projections. Les chutes ont pour moi deux intérêts essentiels :


  • Permettre à Uke de préserver son intégrité
  • Permettre à Tori de réaliser ses techniques sans se soucier  de Tori (et donc mettre plus d’intensité)
 Préserver son intégrité et donner les moyens à Tori de travailler

Ne pas pouvoir chuter correctement limite donc profondément la pratique pour Uke, mais également pour Tori. Un deuxième point essentiel est que nous allons rejoindre une association de Judo, et que je préfère m’assurer que tout le monde sache chuter convenablement avant de se prendre un pion par un spécialiste de la question… Viendra aussi rapidement le temps des sutemi, et à nouveau il est surement préférable de régler la question des chutes avant.

Le cours d’hier s’est donc décomposé en deux parties principales : chutes et projections. Toutes sortes de chutes (roulées, plaquées, avant, arrière, latérale) et toutes sortes de projections (kubi nage/tai otoshi, ipoon seoi nage, o goshi, o soto gari, sukui nage/do gaeshi) pour travailler différents axes. Bien sûr, ça n’est pas la première fois que nous travaillons les chutes et les projections, mais c’est la première fois que j’appuie aussi intensément dessus. Mes courbatures parlent pour moi.

J’ai réalisé que si je m’entraine quasi quotidiennement en dojo, je fais de moins en moins de chutes plaquées, et mon corps a perdu l’habitude de ces chutes à répétition.  En effet, les chutes en Aikido sont le plus souvent roulées, et même dans le cas d’un irimi nage on peut s’en sortir sans trop de dégâts. C’est plus difficile sur un ippon seoi nage, a fortiori quand Tori fait 30kgs de plus que soi. Ce fut agréable de s’y remettre, l’entrainement a été intense pour chacun d’entre nous et nous étions bien fatigués après. Nul doute que d’ici quelques semaines ce rythme sera devenu un standard.

Ippon Seoi Nage

Aucun commentaire: