lundi 29 avril 2013

Passage à Taichung : entre Taiwan Beer et principes


Je n’avais pas eu l’occasion de retourner à Taiwan depuis quelques mois, et j’y ai donc remédié ce week-end. Comme toujours, le week-end a été (trop) court, mais comme toujours il a aussi été d’une indéniable richesse. En effet, le début 2013 a été particulièrement intense en termes de pratique martiale entre mon passage chez Akuzawa sensei, le stage avec Endo sensei, et enfin mon séjour à Paris entre le Kishinkan et le stage de Washizu sensei. Autant d’éléments à partager avec Fred, mais aussi à valider/affiner.

Mon arrivée a été assez improbable. Déjà parce que je n’ai pas reconnu l’aéroport. Où est donc l’aérodrome de Taichung ou on traverse la piste à pieds ? Nous sortons de l’avion via une passerelle et l’endroit est aussi moderne qu’à Taipei ou Hong Kong. Etait-ce le bon vol ? Y a-t-il un autre aéroport qui s’appelle Taichung Airport ? Cela dit je ne vois Taichung écrit nulle, je ne suis pas certain d’y être. Peu importe, l’immigration indique Republic of China, c’est au moins le bon pays, je vais sortir et on verra bien. Une fois sorti, je ne reconnais toujours pas l’aéroport, ou pas tout à fait. Et pour cause, le nouveau terminal international vient d’être terminé il y a une dizaine de jours. Plus qu’à trouver un taxi. Sauf que… il n’y a pas de taxi ! Il y a en revanche bien une file pour les attendre, mais avec un seul taxi en plus de 30 min et une file relativement longue, rejoindre la ville semble assez compromis. Alors que Fred essaie de m’appeler un taxi, il apprend que les nouvelles règles interdisent a un taxi vide de rentrer dans le parking (et bien sûr à 23h personne ne vient prendre un avion…). Apparemment il y a un bus, je ne sais pas où il va mais apparemment dans la bonne direction. On va essayer. J’arriverai finalement à bon port, mais il s’en est fallu de peu. Le chauffeur m’ayant dit que j’étais arrivé au moment où je sortais… si je n’avais pas reconnu le quartier je serais certainement encore dans le bus.

Ses mésaventures passées, le week-end a pu commencer. Samedi matin nous sommes allés voir une démonstration de Kali. En réalité, nous étions les deux seuls spectateurs, ce qui peut sembler léger pour une démonstration mais ça a quand même été intéressant. Les principes de l’école nous sont expliqués et démontrés (mieux expliqués que démontrés en l’occurrence) et l’enseignant est vraiment sympathique. Pas grand-chose de neuf pour moi pour être honnête, ayant un peu touché aux arts philippins dans le passé, mais je trouve toujours intéressant de voir de nouvelles personnes et la façon dont ils pratiquent.

L’après-midi a été consacré à la pratique, et en particulier à ce que j’ai vu ces derniers mois et à la façon dont je fais évoluer ma pratique. Avoir Fred comme partenaire est une chance, car il me permet à chaque fois d’essayer mes idées et de les affiner. En me bloquant, me donnant un retour sur ses sensations, etc. Un gros moment a été consacré notamment aux bases du NTJ, revues à la lumière de mes rencontres récentes. En pratiquant la forme « classique » et ce que j’en ai aujourd’hui compris, nous avons pu affiner et valider ensemble les principes que je continuerai de travailler avec mes élèves.  

Le reste du week-end a été plus léger avec du rhum, de la bière, une petite migraine, des tanren a l’hôtel et des discussions sans fin sur la pratique martiale. En bref un très bon moment tant martialement qu’humainement.

2 commentaires:

Fred Lespine a dit…

Merci encore pour ta visite. :)
Effectivement en ne se voyant pas souvent ça me laisse apprécier ton évolution et il y a effectivement du changement, toujours en bien hein ;)
Je ne suis pas qualifié pour juger du résultat final mais tu me sembles sur la bonne voie.

Xavier a dit…

On va dire que c'est le seul avantage de la distance, tu me vois suffisamment peu pour percevoir les differences :)

Je ne sais pas non plus ce que ca donnera dans quelques années mais je suis content de voir que les changements sont notables et (relativement) rapides. Le temps nous dira si effectivement la direction etait bonne