jeudi 25 avril 2013

Focus sur les techniques de base


Depuis mon retour à HK, mes cours se focalisent majoritairement sur le travail des techniques de base. L’ensemble des formes atemi et clés et une grande partie des formes projections, certaines étant trop dangereuses pour des débutants. Les applications de type self défense sont pour l’instant écartées et  nous reviendrons dessus plus tard, quand les techniques de base seront mieux connues.

Pourquoi se concentrer sur ce point et écarter une partie du reste ? Parce que j’ai le sentiment qu’il y a dans ces 27 techniques suffisamment de choses à acquérir : déplacements, distances, te hodoki, etc. Plus que ça, je crois que le fait d’être obligé de suivre la forme permet de mieux comprendre les principes de l’école, quand un travail plus libre permet facilement de tricher et de travailler en force. S’y ajoute le travail de ne pas être senti dans le mouvement comme j’ai pu le voir avec Akuzawa et Washizu sensei. Trouver le geste juste devient très difficile, mais aussi beaucoup plus intéressant qu’essayer de passer en force.

Je suis également convaincu que ce type de travail doit avoir lieu le plus tôt possible dans la progression, car il est très difficile de corriger de mauvaises habitudes. En parallèle, cela me permet de revoir entièrement les bases a la lumière de ce que j’ai compris ces derniers mois : trouver le déplacement correct pour prendre l’équilibre de Uke dès le départ, minimiser le mouvement du point de contact pour éviter les contres. Il est probable que je passe 2 mois voire plus sur ces techniques, qu’elles soient travaillées de façon formelle, à l’envers (officiellement les techniques de base en NTJ ne se font que d’un côté), sous forme dynamique en randori, avec ou sans résistance, les yeux fermés, ou de n’importe quelle autre façon saugrenue qui me viendra en tête le moment venu. A partir de cette base, nous construirons quelque chose, avant d’y revenir probablement de nouveau.

7 commentaires:

GREG a dit…

Salut Xavier,
un petit coucou. Je suis de retour après que mon disque dur m'ai lâché. Enfin. Je dois rattraper tous les articles que tu as écris.
Bye

Xavier a dit…

Salut Greg,

Effectivement j'ai vu sur ton blog que ton disque avait rendu l'ame, je me demandais justement ce qui t'arrivait. content de savoir que ce n'est qu'un disque dur (meme si c'est toujours rageant)

A bientot,
Xavier

Fred Lespine a dit…

@ Xavier : les te hodoki sont un seul bloc dans les 27 techniques ou tu parles de 27 techniques dont X te hodoki ?

@ Greg : lis tu tes messages privés sur Kwoon ? :P Le mail de Kwoon a dû passer dans tes spams.

Xavier a dit…

@ Fred
Les bases sont separees en: atemi, cles, projections. Il n'y a pas de serie specifique pour les te hodoki mais chaque technique commence par un te hodoki. De plus quand on regarde les te hodoki de l'Aikido Yoseikan, ils incluent un atemi, et souvent le meme que celui des bases atemi justement

La repartition est 3 series de 8 attaques (donc 24) mais les saisies 3-4-8 ont deux versions atemi, ce qui nous fait donc 27 formes de base

@ Greg
J'ai voulu laisser un commentaire sur ton blog mais ca ne marche pas, il faut un compte unblog...

GREG a dit…

@ Fred
Non je n'y suis pas allé encore.

@ Xavier
Non, il ne faut pas de compte unblog bien-sûr ... Je ne comprends pas. Peut-être mon absent prolongée a bloqué mon compte. À réessayer ...

Lionel Froidure a dit…

Bonjour Xavier,

Oui il est primordial de travaillé ces bases et cela à n'importe quel niveau et dans n'importe quel style.

En avançant dans sa progression martiale on a tendance à les oublier (rappel de Washizu sensei) et le fait d'enseigner nous rappelle qu'elles sont essentielles à la bonne évolution de chaque pratiquant.

A travers mes nombreux voyages, les Sensei (Sifu, Vosu, Guro...) ont toujours eu cette approche des fondations. Plus elles sont profondes plus on peut construire haut.

Ensuite c'est uniquement la pédagogie mise en place qui permettra de transmettre cette base sans ennuis, sans être répétitif. Faire la même chose, travailler la même sensation mais sous un autre angle.

Je te souhaite une beau chemin dans celui de l'enseignement ou l'on apprend autant de ses élèves.

Amitiés,

Lionel

Xavier a dit…

Bonjour Lionel,
J’ai longtemps donne une importance plus faible aux techniques de base parce que je n’avais pas les clés pour les comprendre. Pendant des années, je les ai vues comme une simple grammaire technique de l’école. Je les travaillais régulièrement mais ma compréhension ne changeait pas. Il y a un risque réel a travailler les bases sans comprendre pourquoi elles existent et ce qu’elles doivent nous apporter. J’avais d’ailleurs eu le même problème en Corée ou on ne travaillait que les bases, mais ou les clés de compréhension corporelle n’étaient pas forcement données (ou que je n’avais pas comprises).
Aunkai a surement posé la première pierre dans mon cas en me faisant comprendre qu’on pouvait faire visuellement le même mouvement pendant des années en ayant des sensations complètement différentes. Chaque passage à Tokyo m’apporte une compréhension plus fine et un éclairage nouveau. Le dernier éclairage a été confirmé par Washizu sensei et d’une certaine manière par Leo Tamaki (mais Leo va plus loin dans cette idée à mon avis, ou du moins il m’a indiqué l’étape suivante). Revenir sur les bases m’a semblé la méthode la plus logique et la plus saine pour incorporer ces nouveaux principes.
Je suis heureux de pouvoir essayer ça avec mes élèves et de pouvoir leur donner quelques clés, qui leur permettront (j’espère) de progresser plus vite que moi et de ne pas avoir à faire tout ce travail de correction dans quelques années. Quant à moi j’avoue sans honte qu’ils me permettent de comprendre de nouvelles choses à chaque cours puisque la principale raison pour laquelle j’enseigne est d’avoir des partenaires pour mes recherches 

A bientôt,
Xavier