vendredi 11 juin 2010

Silence radio

Je n’ai pas écrit sur ce blog depuis un moment, et ca n’est pourtant pas faute d’avoir pratiqué et vu des choses intéressantes.

Depuis mon dernier article, j’ai notamment participé au Bali Camp dirigé par Fred Evrard (Kali Majapahit) et Jeff Espinous (Kali Sikaran). Une semaine dans un cadre extraordinaire a pratiquer Kali, Silat et Panuntukan au bord de la mer. J’ai vu beaucoup de choses tant techniques qu’anatomiques et je n’ai définitivement aucun regret (sauf le fait qu’on ne trouve pas cette qualité a Hong Kong).

Dans la foulée je suis parti deux semaines au Japon avec des pratiquants français du NTJ. Plusieurs villes, plusieurs dojos mais toujours autant de plaisir, a fortiori pour moi qui ne peut pratiquer le NTJ que trop rarement. J’ai eu joie de retoucher au travail articulaire de Me Araki du Daito Ryu, et également celle de découvrir le mythique dojo de Minoru Mochizuki ainsi que le travail de ses élèves. La filiation avec le NTJ me semble d’ailleurs très nette. J’ai ainsi pu travailler quelques uns des célèbres sutemis de l’école, un élément clé du NTJ mais que je travaille trop peu ici.

Pour terminer, passage par Tokyo oblige, je suis retourné chez Minoru Akuzawa. J’y ai vu d’autres exercices, notamment ceux avec bâton, et j’ai accumulé beaucoup de nouvelles sensations. J’ai ressenti – peut être à tort – des progrès dans mes mouvements pendant ce court laps de temps – 1 mois seulement. En tout cas j’ai ressenti plus de choses. Bonnes ou mauvaises, le temps le dira.

Enfin il y a deux semaines, Maul Mornie du Silat Suffian est repasse a Hong Kong pour un séminaire, comme toujours très riche. Il est d’ailleurs amusant de le voir bouger à la lumière de l’Aunkai. Car au final on sent sa réelle compréhension de l’art : verticalité, économie de mouvement, travail sur la structure. Vraiment très fin, même si tout cela n’est pas expliqué.

Depuis je continue à faire mes exos, avec un peu moins d’attention ces derniers jours faute de temps (chercher du boulot, chercher un appart et socialiser ca bouffe du temps).
Tout ca n’explique donc absolument pas mon silence : j’ai pratiqué et j’avais Internet, pourquoi donc ne rien dire ? Par flemme ? Même pas, ou pas tant que ca. Plus pour un problème de digestion. En un court laps de temps j’ai reçu beaucoup, peut être trop. J’ai toujours beaucoup pratiqué, mais c’était jusqu’ici des techniques, alors qu’il s’agit maintenant d’un travail beaucoup plus profond que j’essaie d’assimiler.

Je vais donc continuer sur cette voie, essayer de comprendre et de ressentir, et j’essaierai de mettre a jour quand j’aurai un truc intéressant a raconter.